Vous êtes ici

Racines de l'Espéranto

Soumis par cglady le sam, 10/01/2015 - 18:03

  • Zamenhof a considéré à juste titre qu'il ne fallait pas constituer le vocabulaire de sa langue construite à partir de rien.
    De même, il n'aurait pas été utile de rendre volontairement des racines méconnaissables.
    C'est pourquoi, il a préféré utiliser des racines qui avaient à son époque (1887-1900) une diffusion incontestablement internationale, c'est-à-dire principalement des racines latines, plus quelques racines germaniques et slaves.

  • Il aurait pu prendre des racines en chinois, mais si effectivement les locuteurs chinois sont les plus nombreux sur terre, la diffusion de leurs racines est estreinte au sein de cette communauté et des cultures proches qu'elle a influencées.
    Surtout des racines monosyllabiques avec la difficulté liée à l'existence des tons, ne se seraient pas bien intégrées aux bases logiques de l'Espéranto.
    Par exemple, le mot chinois pour électron n'est pas répandu en dehors du chinois, mais on pourra comprendre le mot "elektrono" sur une grande partie de notre planète et même chez les chinois ayant un minimum de connaissances scientifiques.

  • Le reproche fait souvent aux racines de l'Espéranto, principalement par des contradicteurs européens, de provenir essentiellement des langues indo-européennes est rarement le fait des asiatiques, qui peuvent facilement constater que la facilité d'apprentissage de l'Espéranto, par rapport à celui des langues naturelles, (l'anglais par exemple), leur permet en même temps d'avoir accès à des racines ayant une grande diffusion internationale.
    L'intérêt de l'Espéranto dans des pays comme la Chine, le Japon, le Vietnam ou la Corée en est une preuve évidente.

  • Il a aussi fallu rendre l'Espéranto plus logique et moins ambigu que les langues naturelles qui parfois utilisent le même mot pour des notions différentes :
    • Ainsi le temps sera soit "tempo" pour le temps qui passe, soit "vetero" pour le temps qu'il fait.
    • La langue sera "lingvo" pour la langue parlée et "lango" pour la langue dans la bouche.
    • Le soleil est masculin en français (féminin en allemand), la lune est féminin, mais cela n'a pas de sens en Espéranto où l'on dit "la suno kaj la luno" sans notion de genre.
  • Actuellement de nouvelles racines, acceptées internationalement, sont introduites régulièrement dans le vocabulaire, par exemple en informatique, en politique ou en économie (où elle ont souvent une origine anglaise).




Cette page a été réalisée le 30 juin 1998 par : Claude GLADY
Adaptée et mise en page le 6 mars 2012 par : Patrice Van De Velde
Français